Qui suis-je ?

Je m’appelle Anne Lemaire, j’ai la cinquantaine et mère de 3 enfants devenus adultes sans que je m’en rende compte.

J’ai passé 26 années dans une grosse entreprise à développer des compétences en organisation, relation d’aide et convivialité, trois ingrédients indispensables à la médiation art-thérapeutique.   

Je me suis formée en art-thérapie afin d’apporter, à toute personne en recherche de mieux-être, une nouvelle façon d’expérimenter sa créativité, au travers d’outils ludiques et artistiques à utiliser seul chez soi, et/ou lors de séances accompagnées dans mon atelier.

Je suis certifiée en art-thérapie et également pour « accompagner et animer avec le Journal Créatif® ».

Ci-dessous ma carte qui annonce la couleur, les formes, une exploration et des outils.

Mes valeurs

Plus j’avance, plus ma vie s’aligne avec qui je suis : créative, sensible et dynamique. Mes valeurs principales sont l’honnêteté, le respect, l’ouverture. Elles me conduisent à me remettre en question et à garder ma curiosité en éveil. Ma reconversion en art-thérapie est mon quatrième changement de métier.

En plus du cadre sécurisant et de l’accueil convivial et chaleureux que je propose dans mes séances individuelles ou collectives, l’écoute de ce qui est présent est essentielle pour favoriser une expression libre et sécurisée.

Ma posture est ancrée sur les trois piliers humanistes tels que proposés par Carl Rogers : l’empathie, l’acceptation inconditionnelle et la congruence.

J’accompagne au sens où je crée les conditions favorables à l’expression artistique du client, je me tiens juste derrière pour soutenir le processus créatif, dans son ressenti et ses prises de décision. Aucune autre interprétation que la sienne ne rentre en ligne de compte; cette dernière est légitime et participe à son cheminement intérieur. L’aspect thérapeutique se joue dans la double observation de la production et du processus de création. Je suis là pour accueillir l’observation et dynamiser le processus.

J’utilise le terme client de préférence à participant ou patient, n’étant pas dans une approche loisir, ni médicale. Je propose un service qui répond à une demande ou un besoin dans le champ du développement de soi et du mieux-être. En amont de toute élaboration d’atelier ou séance individuelle, un échange est indispensable pour définir un contenu, qui résulte de la meilleure adéquation entre ce que je propose et les attentes implicites ou explicites du client. Je ne suis pas prescriptrice de « soins »  a priori, je m’adapte aux besoins au fur et à mesure que le client chemine.

Dans le respect du code de déontologie des arts thérapeutes, je me fais superviser dans ma pratique.

Plus d’histoire en option

Après une scolarité un peu laborieuse, j’ai fait des études en chimie, école d’ingénieur et doctorat, mais sans réelle passion. J’ai atterri pour mon premier poste dans une fonction de micro chef d’entreprise à l’intérieur d’une grosse structure. J’ai pu développer des fonctions de technico-commercial et de management. J’ai pu voyager pour vendre mes produits, c’était une période très riche !

Après j’ai élargi mon périmètre d’action pour manager une équipe de développement de procédés hydrogène puis progressivement j’ai pris la responsabilité du laboratoire avec des activités de production en plus de celles de développement. J’avais 30 personnes avec des profils et des activités variés et j’ai vraiment dû me remettre en question pour faire face à ces responsabilités.

Dès le début, l’aspect humain a été mon moteur; j’ai développé des qualités nécessaires pour faire du management participatif. Je me suis fait coacher pour assoir mon autorité qui était encore trop affective. J’ai ensuite occupé différents postes de management, responsable qualité, architecture SI et actuellement je suis chargée d’études RH sur un projet d’accompagnement au changement. J’ai changé trois fois de métiers et deux fois de domaine. La technique et la chimie ne m’ont jamais manqué.

Malgré cette richesse, je me suis mise à tourner en rond. Comme je n’aime pas rester avec un problème sans essayer de le résoudre, j’ai testé différentes choses :

  • une formation en ligne de styliste qui m’a permis de découvrir le dessin de mode, moi qui n’avais jamais dessiné de ma vie,
  • m’impliquer dans un groupe politique à l’échelle de ma ville mais sans trouver une utilité quelconque à mon action,
  • une nouvelle activité autour de la conduite du changement dans mon poste RH…

Et alors que je désespérais en me disant que j’allais tout droit au “Bore-out”, là m’est apparue la solution, enfin en tous cas le domaine d’actions de mes rêves … l’art-thérapie …

J’avais déjà cherché à explorer cette voie 5 ans auparavant mais les obstacles étaient alors trop nombreux, cela me paraissait inatteignable donc j’avais mis ça de côté dans la catégorie “Pas pour moi” … c’est grâce à une amie proche qui est artiste et qui fait actuellement une reconversion en psycho que j’y ai repensé… mais juste comme ça, sans réelle projection … bien trop vieille …

J’ai quand même acheté une formation en ligne que j’ai dévorée en un mois… et là mes enfants m’ont convaincue que j’étais encore capable de me réinventer… que c’était ma dernière chance de sortir de mon cocon et que la prise de risque était moindre au vu des nouvelles dispositions d’accompagnement en reconversion … à suivre dans un article dédié.

Voilà pour une présentation du parcours avant … maintenant ce qui m’intéresse c’est tout ce qui va encore arriver. Vous aussi ?

4 réponses à “Qui suis-je ?”

  1. Avatar de Christine

    Oui !
    Ton parcours fait vraiment écho 🙂
    Aujourd’hui, et après toutes ces années je suis enfin prête à oser autre chose pour le reste de ma vie professionnelle !

    1. Avatar de Anne Lemaire

      Oui c’est maintenant ou jamais … également ravie de notre rencontre ☺️

  2. Avatar de MagaliC

    Coucou. Pareil que vous, même questionnement après beaucoup d’échecs professionnels. J’ai rencontré ce matin une art thérapeute qui m’a dit que c’était très dur d’en vivre et qu’il faut multiplier ses casquettes… Du coup, Re remise en question… J’ai laissé de côté le concours de professeur des écoles après 5 échecs, orthophoniste, en France impossible de chez impossible… Donc… Je reviens encore et toujours à l’art thérapie…

    1. Avatar de Anne Lemaire

      Oui sans doute que le parcours est long et incertain mais poursuivre sans changement est également long et certainement pas aussi riche … la décision est difficile et se poser les bonnes questions c’est déjà un pas … bon courage ! Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.