Bilan de mes séances d’art-thérapie effectuées en accueil de jour Alzheimer

Dans le cadre de ma formation en art-thérapie, j’ai eu la chance de pouvoir proposer des séances d’art-thérapie dans un accueil de jour pour des personnes atteintes de troubles Alzheimer ou apparentés.

Cet article a pour but de donner quelques clés à des personnes qui auraient à proposer des séances et qui comme moi ne connaîtraient rien à ces troubles avant de se lancer.

Résumé des problématiques

Les accueillis viennent une à plusieurs fois par semaine, en journée. Ils vivent chez eux, entourés d’aides et de proches. L’objectif de ces journées est de les maintenir le plus longtemps possible en autonomie, tout en soulageant les proches, le temps d’une journée ou plusieurs journées dans la semaine. Pour cela, un ensemble de soins psychocorporels est proposé à des groupes constitués par niveaux de difficultés physiques et cognitives.

Les attentes de l’institution concernant les ateliers d’art-thérapie

Principalement, il s’agit :

  • de créer du lien entre les participants et avec l’institution et de contribuer à une dynamique collective autour de la créativité,
  • de valoriser sans infantiliser et rassurer les participants sur leurs capacités créatives,
  • de pouvoir orienter les soins de manière ciblée en fonction des retours des séances.

Ma proposition

Des ateliers hebdomadaires à un groupe suivi, de façon à créer une récurrence dans le processus créatif et observer des évolutions dans l’appropriation des outils artistiques. 

Parmi ces outils, je propose toutes sortes de crayons, feutres, pastels gras et secs, de la peinture, du collage, un peu d’écriture sur des feuilles volantes ou un cahier à feuilles blanches format A4. Le cahier, à l’image du journal créatif, permet de regrouper les productions dans un même endroit, qu’ils puissent revoir et se remémorer les productions des semaines passées. Au delà du cahier, c’est un outil méthodique auquel je me suis formée tout au long de l’année, et auquel je suis certifiée depuis le 5 juin 2022, en parallèle de ma formation en art-thérapie pour pouvoir l’utiliser de façon autonome ou en appui dans le cadre de séances d’art-thérapie. 

Pour ce groupe, mes critères d’évaluation portent sur :

  • la capacité à accueillir des propositions nouvelles, en termes de motivation et de compréhension des consignes,
  • les capacités techniques de réalisation,
  • la capacité à donner du sens à leur production,
  • la capacité à interagir avec le groupe dans le respect du cadre. 

Préparation du plan de rencontres

Avant de démarrer, j’ai eu un dernier rendez-vous sur place pour planifier la première séance et faire le point sur le matériel nécessaire.

N’ayant aucune expérience, ni entourage proche avec cette maladie, je me suis documentée par des lectures et en questionnant autour de moi mais sans réellement pouvoir me projeter dans la réalisation d’une séance. Avec le recul, je peux dire que parmi les principales caractéristiques de la maladie, ces quatre points sont essentiels pour construire des propositions : 

  • La perte de repères —> donner des repères avec un cadre clair et des consignes simples à répéter, réaliser un ancrage court et basé sur les sensations concrètes
  • La peur de ne pas y arriver  —> les rassurer par rapport à la non attente en terme de résultat, valoriser le fait d’y aller 
  • La persistance de la personnalité et des goûts  —>  pendant les échanges, questionner sur leur vie d’avant
  • La difficulté à faire des choix —> proposer des choix fermés, avec des supports adaptés, du type mots et couleurs à choisir 

Concernant mon fil conducteur sur l’ensemble des séances, j’avais renseigné une fiche projet tout au début, assez globale pour décrire une séance type mais pas plus détaillée que cela. Pour moi, ne connaissant pas le public, mon fil était l’exploration en répondant le plus possible aux attentes exposées plus haut.

Au delà des deux premiers ateliers destinés à faire connaissance et à tester quelques outils, j’ai dû ajuster ma proposition à chaque fois suivant ce qu’il s’était passé dans la séance. Le temps et l’ajustement ont été les ingrédients essentiels de la planification.

Par rapport à ce que je pensais faire, j’ai largement simplifié les propositions au fil des séances pour minimiser les temps de transition, et diminué mes ambitions. Par exemple, face aux difficultés à écrire, j’ai supprimé les ateliers avec des histoires écrites. 

J’ai utilisé le journal en support pour 10 séances sur 14 : la première où je n’avais pas encore acheté les cahiers, la quatrième pour faire une peinture de cerisiers en fleurs à accrocher aux murs, les deux dernières pour la fresque collective en collage. 

Cela n’est qu’à la septième séance que nous avons décidé, la psychologue et moi, qu’il fallait étaler une même proposition sur plusieurs séances pour mesurer quelque chose en terme d’impact; une proposition différente à chaque fois les mettait dans une situation nouvelle donc source de pression pour eux comme pour moi.

Déroulement des rencontres

Cette expérience a été globalement très fatigante pour moi, avec une difficulté à prendre ma place surtout au début dans ce gros groupe de 10 participants, auquel s ‘ajoutent des bénévoles, qui sont là pour m’aider mais qu’il m’a aussi fallu intégrer au début dans ma gestion du groupe.

Les rencontres se sont déroulées suivant le même format, sur un temps de deux heures : 
30 min : Temps du café où chacun se dit bonjour, j’arrive avec mon badge et je leur rappelle qui je suis; les plus éloignés m’observent et je commence à installer une discussion avec ceux qui sont proches de moi. J’ai tenté quelques fois d’introduire un brise-glace pendant ce temps du café mais c’était difficile. 
5 min : explication de l’art-thérapie et de ce qu’on va faire dans la séance
10 min : météo + respiration ancrage
30 à 40 min suivant l’activité : réalisation souvent par étapes si nécessaire
20 à 10 min : échange en groupe sachant que je passe auprès de chacun pour soutenir si besoin, échanger sur ce qu’ils sont en train de vivre. L’échange de la fin est davantage pour boucler en un mot et montrer leur production s’ils le souhaitent.
30 min : débriefing avec la psychologue, sur ma proposition, ma posture, les participants et ajustement pour la fois d’après, en deux temps à chaque fois : mon auto-évaluation et son retour.  

Ci-dessous une copie du tableau qui résume le canevas global de réalisation des 14 séances avec l’intention, l’appui, le matériel, le déroulé sommaire, ma météo post séance, la météo de la supervision.

Difficultés rencontrées

Je n’avais pas anticipé le fait que la plupart n’entendent pas bien, la moyenne d’âge étant de 83 ans. J’ai compris devant l’absence de réactions et la répétition systématique de mes consignes par l’aide médico psychologique (AMP) qui était présente en soutien aux premières séances, qu’ils ne m’entendaient pas. J’ai dû forcer ma voix et m’imposer dans le groupe. Ca a été ma première grosse difficulté sur les trois premières séances. Je me suis servie de l’échauffement type chorale dans la voiture pour chauffer ma voix et trouver le bon ton, posé.

Autre difficulté : la dispersion des participants qui restent difficilement concentrés par oubli ou par interruption les uns par les autres. Le nombre de 10 a également contribué à cette dispersion.  Les temps d’échanges ont parfois été réduits par manque de recadrage de ma part pour distribuer le temps de parole de manière équitable et faire respecter l’écoute. 

Pendant tout le long, j’ai eu un sentiment de frustration par rapport à certains qui auraient pu profiter davantage s’ils avaient été moins nombreux. Très dérangée par une des participante, toujours très agitée et prenant la parole sans y être invitée. J’ai mis plusieurs séances à pouvoir la recadrer.    

Pour les propositions avec plusieurs étapes et du matériel à disposer, je me suis sentie facilement débordée à cause du nombre : disposer, donner la consigne aux deux bouts de la table, vérifier que tout le monde a le bon matériel, avec l’aide des bénévoles … difficile au début. 

J’ai trouvé petit à petit ma place. Les moments forts sont résumés dans le tableau.

Mon expérience d’animation en art-thérapie  

Les tendances déjà observées au cours de la supervision ont été encore plus marquées avec un gros groupe constitué de personnes en difficultés : ma directivité et ma peur du « pas assez » m’ont mises en échec à plusieurs reprises. J’ai progressivement simplifié les propositions pour ne garder qu’un appui dans le ressenti ou dans l’artistique.  Il faut mettre des étapes pour y aller progressivement mais pas trop pour ne pas avoir trop de temps de transition. 

Trois points de bascule : 

La troisième séance avec le prolongement d’une image m’a fait comprendre des choses quant à ma posture :  j’étais trop dans une proposition dirigée mais pas assez soutenante en termes de consignes et de modèles. Du coup, trop de liberté dans un espace réduit pouvait les mettre en échec. 

Les paysages intérieurs pour la différence d’appréciation avant et après supervision : j’avais l’impression d’avoir plutôt bien réussi la séance et j’étais contente. Le soir j’en ai fait part à mon groupe de supervision qui a soulevé des questions essentielles que j’avais complètement omises : prendre appui sur le ressenti du moment pour partir dans la créativité, davantage questionner le résultat en terme de sens pour eux, relever ce qui est important. Je m’étais trop focalisée sur la technique et j’étais simplement contente qu’ils y arrivent tous.

Les trois séances en musique m’ont permis de lâcher prise en même temps qu’eux. Ca a été mon point de bascule pour commencer à sortir de mon nombril et m’ouvrir avec la confiance que je vais pouvoir m’ajuster.

Points forts, points à travailler 

Le jeu et la créativité sont des points forts dans mes propositions. Le travail sur le collectif : que ce soient les brise-glaces, l’animation météo avec rebond ou une production commune, j’ai pris conscience que j’aime créer du lien entre les participants et que j’en ai la capacité, même à 10 finalement. Cela a toujours été des moments forts pour moi où je me suis sentie à ma place.

Intellectualiser la production, dire un titre, ce qui vient à l’esprit en regardant , pour que ça ne reste pas seulement un moment créatif, mais que ça les contacte à l’intérieur, est un point qui reste en vigilance.

A travailler : encore un peu trop dans mon déroulé, pas assez avec ce qui est là. Vouloir trop en faire, trop compliqué, trop exigeant avec eux et avec moi. Je peux scinder l’objectif en plusieurs ateliers pour laisser le temps qui est un allié dans la séance et dans le processus complet.

Je dois me faire confiance davantage pour occuper le temps avec pas grand chose. J’ai le sourire, j’ai l’envie, j’ai les outils en nombre suffisant, j’ai les idées… j’ai tout pour réussir.

L’important pour assurer le bon déroulement de séances de groupe, les choses essentielles à savoir 

Connaître les problématiques du public, l’idéal étant d’avoir été en observation avant d’être mis en situation d’animation.  

Si je devais refaire, j’essaierais de venir aider quelques journées avant, au même titre que les bénévoles, pour observer, discuter avec l’équipe, construire un projet en lien avec les difficultés observées et les besoins de l’équipe. Les documents de synthèse que j’ai produit sont aussi une bonne indication pour quelqu’un qui démarre : mon tableau des séances et les compte rendu d’observation sur chaque participants, transmis à l’équipe à la fin du stage. 

Le cadre qui rassure, on le dit et on le redit tout au long de la formation mais il faut l’avoir vécu pour comprendre ce que cela implique de soi : oser prendre la parole, parler suffisamment haut et posé, dire à quelqu’un de se taire, répéter, observer, soutenir … tout ça à la fois parfois.  

Être dans le confort de soi pour être avec les autres. Deux ingrédients majeurs que je retiens pour me mettre dans le confort : faire simple pour valoriser mon accueil et être disponible pour m’ajuster, et faire ce que j’aime pour que la transmission soit la plus authentique possible. 

Et si je suis bien, ils seront sûrement mieux. Je me suis sentie en miroir d’eux sur la confiance et le lâcher prise.

Conclusion sur cette expérience

C’était éprouvant mais très formateur; j’ai été très bien soutenue par la psychologue et je suis reconnaissante envers l’institution pour m’avoir permis d’expérimenter avec cette liberté. Cela manquait sûrement de « protocole » pour eux mais je me suis sentie progressivement gagner en autonomie, qui sera une composante importante de ma nouvelle vie professionelle.  

Je ne pense pas renouveller l’expérience cumulant nombre de participants et troubles cognitifs, mais je compte poursuivre avec cette « clientèle » limitée à un groupe de 3, sur une durée longue.


Explorez des articles en lien avec celui-ci dans les catégories :

4 réponses à “Bilan de mes séances d’art-thérapie effectuées en accueil de jour Alzheimer”

  1. Merci Anne pour ce magnifique article à la fois très éclairant sur les problématiques rencontrées face au groupe et ton apprentissage par l’expérimentation. C’est un vrai cadeau pour les lecteurs que nous sommes de partager ton expérience et l’analyse de ta posture.
    Encore une fois merci et bravo !

  2. C’est un écrit tellement révélateur de la réalité du terrain. Je te remercie pour cette authenticité et accessibilité. Et encore une fois,. L’écriture c’est vraiment ton truc Anne 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.